potions magiques

  • Petites histoires pour colorer l'hiver

    Il était un soir de cette semaine, deux mini mauvaises herbes rentrées de l'école fatiguées, la goutte au nez, avec mal ici, puis là et puis ici aussi tu sais maman ! 

    Ni une, ni deux, la bonne mauvaise herbe que je suis, a aussitôt fouillé dans ses placards et sur ses étagères merveilleusement bien rangéss, cherchant des bocaux divers variés contenant des herbes magiques diverses et variées afin de leur confectionner une petite potion magique qui éloignerait les virus et autres bactéries jouant à saute mouton sur la tête de tous les copains d'école (une véritable hécatombe !).

    potions magiques

    la tisane des enrhumés

    Voici les ingrédients :

    une pincée de thym pour désinfecter, une pincée de romarin, un petit bout de gingembre rapé (ou en poudre, une pincée), du jus de citron, du bouillon blanc et de la mauve pour la toux. Si on craint vraiment les vampires, on peut rajouter une gousse  d'ail.

    potions magiques

    on en a même filé aux copains qui nétaient pas malades mais on sait jamais...

    La recette est tiré du grimoire que vous voyez sur la photo ci dessus : l'Encyclopédie des plantes médicinales édition Larousse. Une bible pour qui veut jouer à l'apprenti herboriste et  pour sorcières confirmées aussi...

    Il était plusieurs soirs glaçials de cette semaine ouù j'avais décidé de jeter un sort à l'hiver et par la même occasion faire apparaître le printemps d'un coup de baguette magique. Pour cela il a fallut faire un sacrifice... Non, n'ayez crainte, ni les minis ni le chien n'ont servi d'offrandes aux dieux des températures supérieures à - 5° ! Mais une courge du jardin, découpée, pelée et mise à cuire tout simplement pour faire une soupe orange*. Et pour être sûre de plaire aux dieux, je l'ai agrémentée de coco et moutarde (oui, les dieux de la météo ne se contentent pas d'une banale soupe !)

    recettes

    crème de potiron, lait de coco et graines de moutarde

    Voci la recette, tirée du livre : SOUPES de Patricia Kettenhofen et Gaëlle Tourte aux éditions  SKY COMM

    pour 6 personnes

    ingrédients :

    1,5 kg de potiron

    2 gros oignons blancs

    20 cl de lait de coco

    40 g de beurre

    1 cuillère à soupe de graines de moutarde

    sel et poivre

    recette :

    Eplucher et détaillez le potiron, ôtez les  graines. Placez les morceaux dans une grandes casserole, couvrez d'eau salée et laissez cuire 20 minutes. Eplucher les oignons, émincez-les et dorez les dans du beurre. Égouttez le potiron et gardez le jus de cuisson. Mixez ensemble les oignons et le potiron. Ajoutez le lait de coco et mixez à nouveau. Si la crème a la consistance d'une purée un peu épaisse, vous pouvez rajouter un peu d'eau de cuisson. Salez et poivrez. Ajoutez les graines de moutarde, mélangez et servez aussitôt.

    * la soupe orange : nom que je donnais, enfant, à la soupe de courge, la seule que j'aimais et encore maintenant, ma préférée...

    Il était un soir de cette semaine (oui, encore un soir ! comme vous voyez, je passe de folles soirées d'hiver...) où la nuit sombre et profonde était faiblement éclairée par une lune fantômatique qui jouaient à nous me faire peur, avec les ombres des nuages et qui prenait parfois des formes pas très accadémiques (pour une lune s'entend !) :

    lune

    lune

    à gauche, un avion passait par là...

    lune

    lune

    lune

    lune

    lune

    Arrivés à ce stade de l'histoire, vous avez deux solutions :

    soit vous pensez que la personne qui tient ce blog à un grain et n'a rien d'autre à faire que de photographier la lune en plein hiver, en faisant des éssais avec son apn, dans ce cas là, fermer cette page et rendez vous sur des sites moins fous...

    ...soit, vous pensez comme moi, que cette semaine, les sorcières s'étaient données rendez vous dans mon jardin pour un grand sabbat et la lune était des leurs. Dans ce  cas là, je vous donne rendez vous un autre jour pour d'autres aventures, pas forcément extraordinaires...

     

     


  • les sauvageonnes de nos campagnes suite...

    Je n'avais pas terminé la dernière fois de vous parler des jolis sauvageonnes de nos chemins, vous savez, celles que la pluspart d'entre nous ne regardent même pas et bien souvent les appellent des mauvaises herbes... Oh i'm shoking !

    En voici une merveilleuse, une de mes préférées (mais attention, des préférées, j'en ai tout plein !)

    fleurs sauvages

    la carotte sauvage (famille des ombellifères)

    De belles ombelles blanches applaties, avec parfois au milieu un grain de beauté pourpre, comme un petit papillon

    fleurs sauvages

    Quand elle n'est pas complètement épanouuies, les bords sont légèrement rosés

    fleurs sauvages

    Je n'ai pas trouvé grand chose sur ses vertus thérapeutiques, à part que ses feuilles sont diurétiques et qu'elle aurait des vertus contre la gueule de bois ! et pourquoi pas ! Chez nous on dit qu'elle rend aimable et aussi les fesses roses !

    Si il y en a dans vos chemins, repiquez quelques pieds dans votre jardin, elle allège joliement et à moindre coup n'importe quel massif de fleurs...

    Dans la même famille, on trouve le  cerfeuil, le fenouil et la  ciguë ! (entre autres)

     

     

    fleurs sauvages

    la coronille bigarée (famille des légumineuse)

    Une jolie cousine du trèfle, et des petits pois de nos jardins. Elle se reconnait facilement avec son habit de clown des champs bicolore, et puis elle a un si joli petit nom qu'il serait dommage de passer à côté sans en profiter

    fleurs sauvages

    elle est vraiment mignone avec ses couleurs tendres

     

    fleurs sauvages

    la marjolaine sauvage (famille des labiées)

     

    Vite, vite, c'est le moment de cueillir ses jolies fleurs roses qui poussent dans les terres sèches, bien au soleil, elles sont parfaites pour aromatiser les pizzas, les petites pommes de terre du jardin ou en infusion pour soigner les infections. Elle remplace très bien le thym si vous n'en avez pas au jardin. D'ailleur, elle y mérite une place elle aussi !

    fleurs sauvages

    C'est une belle aromatique

    fleurs sauvages

    la ronce des bois (famille des rosacées)

     

    Tout est bon dans le cochon la ronce, ses racines en légumes bouilles (bon, en cas de grande disette, ça peut servir !), ses jeunes pousses en salade (idem), ses feuilles en thisane  contre les maux de gorges, aphtes, hémoroïdes..., le jus extrait de ses tiges est calmant, on peut en faire des teintures, sans parler de ses fruits, délicieux à picorer en ballade et divins, en confitures, sur les tartines du matin. Elle n'a qu'un défaut, elle sait se défendre et pigue les bras et rapent les jambes des gourmands. Mais elle  vaut bien quelques sacrifices tellement elle est bonne.

    fleurs sauvages

    et en plus, ses fleurs sont magnifiques !


    Je vous souhaite un week-end fleuri

     

     

  • les sauvageonnes de nos campagnes

    Malgré le ciel orageux, je suis partie tôt avec ma mauvaise herbe à 4 pattes pour une ballade matinale.C'est la meilleure période de l'année pour découvrir, herboriser et récolter les fleurs qui ornent nos chemins. En voici un échantillon

    fleurs sauvages

    clématite des haies (grimpante de la familles des renonculacées)

    Malgré son nom de famille, c'est une coriace qui, quand elle est installée au jardin, ne renonce pas facilement. J'ai eu du mal à me débarasser d'une qui poussait dans un massif de fleurs. Heureusement, elle a donnée de nombreux cultivars qui ne gênent en rien dans nos jardins.

    fleurs sauvages

    aigremoine eupatoire (famille des rosacées)

    Avec cette jolie plante de 50 à100 cm de haut, on peut faire une potion magique contre la toux : faire infuser 20g de fleurs dans 1 litre d'eau bouillante et boire 1 tasse entre les repas. Elle s'utilise aussi en décoction (on fait bouillir avec les plantes pendant environ 10 mn) dans ce cas on utilise la plante entière et on fait des  gargarismes contre les maux de gorge et angines.

    fleurs sauvages

    campanuleà feuilles rondes (famille des campanulacées)

    J'aime beaucoup cette campanule, elle est légère et gracieuse, et met de la couleur sur les talus. toute en finesse, ces jolies clochettes penchent vers le sol, comme si ses tiges n'arrivaient pas à les porter.

    fleurs sauvages

    knauties des  champs (famille des dipsacacée)

    Un grand classique mais qui fait son petit effet dans les bouquets de fleurs sauvages. Quelques pieds se sont installés au jardin, je les laisse car ils ne sont pas envahissants et  attirent des tas d'insectes auxilières.

    fleurs sauvages

    bouillon blanc (famille de la scrofulaire)

    Malgré son air pataud (lui pour le coup, c'est un  vrai campagnard !) et raide, c'est un formidable remède contre la toux et les rhumes. recette de la potion magique :

    récolter et faire sécher les fleurs. à utiliser en tisane avec des fleurs de coquelicots, de mauves et de tussilage, ajouter un peu de thym, un peu de fleur de sureau et de la verveine. C'est notre tisane des enrhumés, le bouillon blanc, le coquelicot, la mauve et le tussilage pour adoucir les bronches et calmer la toux, le thym pour désinfecter, le sureau pour faire tomber la fièvre et la verveine pour donner du bon goût.

    J'en ai quelques pieds au jardins, ils s'y plaisent, sont énormes  et se ressèment à l'envie. Si j'estime que je suis trop envahie, j'arrache les pieds qui me gènent tout simplement.

    ATTENTION : Ne le confondez pas avec la molène noire (de la même famille), cette dernière est toxique. pour les différencier c'est facile : la molène noire est bien plus fine et plus jolie, ces fleurs ont le coeur rose rouge. photo ci dessous :

    fleurs sauvages

     

    et sinon, mon poilu à trouvé une boite aux lettres assortie à son pelage, à moins que ce ne soit l'inverse

    chien

    Et pour bien terminer ce week-end, le petit bouquet du dimanche tout en légèreté (parfois, on a besoin de légèreté...)

    bouquet

    tanaisie, capsules de pavot, euphorbe sauvage, verveine de buenos aires, fenouil, valériane, gysophile et knautie

     

    A suivre...

    Bonne semaine à tous, (pour moi, c'est la dernière ligne droite avant les vacances, chic, chic, chic.